mardi 12 juillet 2016

la question

Et pour ne pas la subir,il valait mieux questionner : 
la première idée était de fermer la robe par une "tirette" dans le dos.
Mais voilà... la tirette est hérétique et avec une robe moyenâgeuse un truc pareil ne conduit à rien moins qu'au bûcher après bien d'autres petits ennuis.
Il a donc fallu réfléchir à un autre moyen, un moyen plus "d'époque", et c'est ainsi qu'est née l'idée du laçage. Laçage qui est d'ailleurs visible sur le plastron de la robe portée par la jeune femme du tableau.
Là il est surtout décoratif.
Qui dit laçage pense aux œillets. Pas celui de la jeune femme, non, les œillets pour passer le lacet... comment faire ça ? Métalliques, c'est plausible, métalliques cachés par un bourdon ? renforcés uniquement par un point bourdon sur cordelette comme pour la voilerie ?
On peut imaginer qu'il y a bien des questions en cours (c'est peut être une part du plaisir ?)

Mais, ça suit son cours. Comme on peut le voir, c'est le tissu véritable qui est sur table.
C'est dans ce tissu que les ciseaux vont couper...
Aïe aïe aïe...







"Question" in French means the querry, but also the torture practiced in the Middle Ages.
This explains the title, Sabine in order to sew her dress was going to use a zipper.
This was an heresy and in these times heretics were burned after the question ...
She considers a lacing
Some pictures of the work in progress

"Question" en francés significa la pregunta, sino también la tortura practicada en la Edad Media.
Esto explica el título, Sabine para coser su vestido iba a usar una cremallera.
Esta era una herejía y en ellos momentos se quemaron herejes después de la "question" ...
Ella considera un cordón
Algunas fotos de los trabajos en curso

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire