dimanche 26 juillet 2020

Vespa





Vespa cavalcata da una ragazza ?


mais non...









Après la découverte accidentelle d'un nid de guêpes qui occupait un creux de bloc béton, j'ai bien failli avoir des problèmes avec un nid aérien accroché sur un tronc de genévrier.
Il est discrètement attaché à plus ou moins deux mètres du sol et si je parle de discrétion, c'est à cause du manque d'activité qui l'entoure. Qui l'entourait parce que depuis sa découverte le 21 juillet et sans doute parce que je m'y intéresse je trouve que ça bouge un peu plus.
Mais rien de frénétique heureusement.

On va résumer :
Ce mardi 21 juillet, je le remarque et je l'observe un bout de temps. Le nid est accroché à une branche de genévrier, il est légèrement masqué par quelques petits rameaux qui pendent côté Est Nord-Est  le tronc est côté Sud et la vue se fait côté Nord-Ouest. Il est de forme ballon construit en squames cartonnées.
L'activité constatée est faible, une entrée et une sortie toutes les une à deux minutes.
Est-ce le même individu ?
La photographie est malaisée mais on distingue quand-même ce qui ressemble à un abdomen de guêpe
J'avais pensé lors des premiers mouvements à la visite par un syrphidé d'un nid abandonné, mais le doute s'est envolé avec cet individu qui sort quelque chose du nid
le 22 on constate qu'il y a quand même une certaine occupation
et le 24 voici un portrait d'occupant qui dans un premier temps, me fait pencher pour Vespula vulgaris, la guèpe commune quoi...
un peu plus du centimètre de long, des bandes noires sans points isolés sur les tergites et ici son minois avec ligne noire verticale.
Mais sans doute que cet effet est du à l'espace entre ses mandibules ?
 le samedi 25, un trois quarts face où on voit bien que c'est la séparation des mandibules et une vue de dos qui devient plus parlante




J'en arrive à penser à la Dolichovespula saxonica ? qui n'est pas agressive ?
ou plus vraisemblablement Dolichovespula sylvestris qui n'a qu'un petit point noir discret sur le clypeus (blason entre antennes et mandibules) et qui accroche plus fréquemment son nid aux arbres et arbustes...
on finira peut-être par sortir des photos correctes ?
mais ce n'est pas facile...
à suivre

na de stekende ontdekking van een wespennest in de holte van een betonblok, ontdek ik hier nog een die aan een struik hangt ...
We zullen proberen uit te vinden wie daar woont

after the stinging discovery of a wasps nest in the hollow of a concrete block, here I discover another one hanging on a shrub ...
We will try to find out who lives there

Nach der stechenden Entdeckung eines Wespennestes in der Mulde eines Betonblocks entdecke ich hier ein anderes, das an einem Strauch hängt ...
Wir werden versuchen herauszufinden, wer dort lebt

Después del descubrimiento punzante de un nido de avispas en el hueco de un bloque de hormigón, aquí descubro otro colgado de un arbusto ...
Intentaremos averiguar quién vive allí.



mercredi 22 juillet 2020

quoi 2 9

Oui... que se passe t'il "sub sole" ?
Bien des choses en somme. Sans varier le ton ... !
Les équipes de l'usine sidérurgique sont en congés annuels, mais auparavant, elles ont bien bossé.
Un bâtiment des pompes parfaitement farfelu est sorti de terre.
on en reparlera en détail après les congés...

Dans une page qui précède, je me demandais si le restaurant "la Fermette" de Falaen allait pouvoir nous déployer son menu homard, classique de mai-juin.
Pouvaient ils le faire ?
... oui.
Pouvaient ils le faire ??
Oui !
Ils pouvaient le faire bravo !
Les pinces servies froides, pana cota d'asperges

Queue rôtie, courgettes et artichauts, sauce vin jaune et morilles

Homard grillé au feu de bois

N’empêche, que sous l'aiguillon de l'inquiétude quotidiennement distillée, nous aussi nous avions craint et c'est par ce fait (voir Summum et Apothéose) que nous allons fiche la paix à ces sympathiques crustacés pendant un moment.

Pour rester un peu dans le sujet, j'avais aussi montré des semailles un peu "tripotées" et il est temps de voir ce que cela devient.
Comme on peut le constater, le temps reste sec en général comme pourraient ne pas le laisser penser des images qui suivent. Le miracle du jardin tient à la présence du réservoir installé.
sans laisser de côté quelques oubliés des premières étapes
ceux qui accompagnent le magret qui suit ne sont pas de notre production, mais de maraîchers locaux

un peu pour le fun


Une liberté un peu retrouvée, nous a permis de faire un saut à Metz. Il y avait longtemps...
Un saut, c'est une image car les déplacements deviennent de plus en plus pénibles...
J'admets qu'il y avait un peu de monde sur la route. J'écris un peu, car on en a connu beaucoup plus à d'autres occasions.
J'admets de même que les pouvoirs publics se sentant responsables de la sécurité des usagers... Comment ça je suis faux-cul ? Non, non, je le pense.. un peu quoi... enfin, je me force un peu...
Donc afin de s'en laver les mains (c'est très tendance ses derniers temps) les responsables routiers de France ont passé la limite de vitesse sur autoroute à 90 kilomètres-heure là ou c'était déjà descendu à 110. Et cerise sur le gâteau, les dix kilomètres avant Thionville étaient passés ce jour là à 70 !
Je peux affirmer que la limitation à 70 rend le trafic fluide. Enfin, fluide quand on n'est pas franchement à l'arrêt, sinon fluide avec un compteur oscillant entre 30 et 40 Km/H.
Et il n'y avait rien sur la route, nous n'avons rien constaté, pas de traces, rien nada !
Bon... parlons quand même de Metz.
Nous avons avec plaisir retrouvé la cathédrale. Une des plus belles à mon sens, une symphonie de lumières et de couleurs orchestrée par une dentelle de pierre.



la légèreté de l'édifice m'avait toujours détourné de ses sculptures des portails.
Cette fois, je les ai remarqué, je les ai photographié...
il n'ont pas l'air si tristes que ça les damnés...

Lors du retour, j'ai été impressionné par la clarté de la signalétique sur l'aire de service de Berchem (Luxembourg)

Et au nombre des sujets piquants, je devrai revenir sur les guêpes.
Mais pour cela, j'aurai besoin d'acquérir un peu plus de renseignements, alors ce sera pour un prochain épisode.

jeudi 25 juin 2020

le temps des cerises

Oui, Jean-Baptiste Clément est un gars de la région, mais ce sont les vraies cerises dont il est question.
Ce n'est pas chaque année que la météo nous est si favorable, et le cerisier est bien chargé


en principe ce devait être une pâte de fruit, mais c'est délicieux ainsi et ce sera consommé comme tel

Passons, revenons les pieds sur terre et un peu dedans.
Une légère pluie nous a donné l'occasion de photos un peu plus saturées que ce que nous offre le plein soleil

Une seconde récolte des petits pois
a déterminé Sabine à faire un peu d'expérimentation : elle a mis à germer les pois semence qui restaient entre deux serviettes papier imprégnées d'eau. Germination accélérée et comme il nous reste du terrain non utilisé au potager, elle en a semé des lignes en supplément
et comme nos premières lignes présentaient des manques, elle les a comblés
On verra, mais à l'heure où j'écris tout ça pousse et ça se présente bien.
On ne les remarque pas sur les photos, mais les plants de courgettes fleurissent, une belle promesse de fleurs de courgettes farcies


Mais, si le temps est beau, c'est du fait d'un vent nord-est persistant, et cette conjonction rend le climat assez sec, le sol aussi...
Alors on s'est fendu d'installer une citerne de 1000 litres afin de récolter l'eau de pluie quand elle se présente
j'ai du bricoler un système afin de la récolter et de la filtrer du mieux possible
à l'occasion de ce travail, en récupérant des blocs béton pour mettre de niveau la citerne, j'ai mis la main, sans jeu de mots, sur un nid de guêpes qui occupait le creux d'un de ces blocs
j'ai eu beaucoup de chance, je n'ai subi qu'une piqûre et j'ai pu encore constater l'efficacité des feuilles de plantain frottées immédiatement
Je n'ai rien contre les guêpes qui sont des bestioles très élégantes, mais elles posent toutefois certains problèmes...

Parallèlement à tout ça, les travaux se poursuivent à Vireux et j'ai enfin entrepris de remplacer le "bâtiment survivant provisoire"





lors du placement du styrène clair pour représenter les vitres supérieures, j'ai eu un petit souci avec une fusée de solvant, mais cet accident m'a permis de me rendre compte du bienfait de ce petit malheur.
Le clear styrène est vraiment trop propre pour simuler un vitrage d'usine et une légère agression de solvant à certains endroits suivie d'un ponçage avec 1200 à l'eau lui donne un tout autre aspect
Les huisseries sont posées au niveau supérieur,
la largeur des vitres est exagérée, mais l'aspect général est rendu et si j'avais gardé le nombre des panneaux vitrés ils auraient eu un petit air de meurtrières, d'archères plutôt, qui n'aurait guère été sympathique

reste à s'attaquer aux grandes fenêtres, et ça c'est une autre paire de manches.

lundi 8 juin 2020

en grandes pompes

mais dans ses petits souliers...
et bien entendu, pas en grande pompe. Quoique... c'est bien fait, mais ce n'est juste qu'un petit trente-sept...
Mais, c'est tout un art ça... Giono traite du sujet en parlant de son père et c'est un art qui se perd.
Un art fascinant et qui demande une sacrée dextérité

mais le résultat est là, et c'est confortable, dixit l'intéressée
et tant qu'à faire la fil... j'ai un doute sur l'orthographe là...
tiens en parlant de queue, nous avons rencontré dans notre piscine (là, j'ose...), un animal doté et d'ailleurs appelé vulgairement larve à queue de rat.
Mais ce n'est pas une queue, c'est un siphon respiratoire, c'est une larve d'eristale, un syrphidé bien utile dans les jardins, pour la polinisation bien sûr, mais aussi en tant que nettoyeur.
Sa larve aussi d'ailleurs, elle a mérité le surnom de ver de purin...
on en apprendra plus en consultant : LES DIPTERES SYRPHIDES, de jolies "mouches" héliophiles au vol très rapide
c'est de là que je copie cet extrait peu flatteur pour notre "piscine"*
Larves saprophages des Eristalides : vivent dans les eaux boueuses, souillées riches en matière organique, fosse d'aisance, lisier...(c'est le cas de la "larve queue de rat" de l'Eristale-pourceau qui possède une queue qui correspond à un siphon respiratoire composé de 3 articles télécospiques dont l'extrémité est en contact avec l'air extérieur; cette "queue" peut atteindre 4 cm; elle possède de petits mamelons garnis de crochets pour remonter sur les surfaces lisses et se "métamorphoser" et former une pupe avec 4 cornes stigmatiques appelée "petite souris")

* On aura compris j'espère que notre piscine n'est en réalité qu'un bac tampon pour l'eau de pluie, mais elle nous permet d'observer d'intéressants insectes et larves. Un jour peut-être je publierai ici une photo de larve de libellule en macro... un monstre !


Bon, ne parlons plus de notre piscine  :-(.

Pour retrouver le fil, ça y est, c'est  le bon fil,
Sabine est occupée avec ceci
j'ignore si c'est pour ses godasses, mais voilà ce que ça donne

et, j'avais parlé de quitter un peu le sujet, mais, y a pas de mal à se faire du bien
une grillade toute simple
et un coquelet au vin jaune et aux morilles. 
L’occasion de goûter nos petits pois.

Jamais deux sans trois, il nous restait du vin jaune (Fruitière vinicole d'Arbois 2004), l'occasion d'aller acheter du Conté (12 mois) et de faire une quiche personnelle avec poireaux, lard et copeaux de jambon sec sur pâte extra-fine. La salade, vinaigrette au vinaigre de Banyuls "la Guinelle", c'était aussi du rab avec, pour essai, des grains de maïs passés légèrement au gril. 

mercredi 3 juin 2020

Summum !

Sale temps pour les homards...

Le jour précédent, au soir, préparation de la nage et des légumes d'accompagnement.

  • Pour la nage : dans 1250 ml d'eau, deux carottes, un poireau en rondelles, du céleri branche, un oignon en huit huitièmes, zeste de citron, une cuillère à café de poivre vert, deux gousses d'ail en chemise,  une petite branche de fenouil frais, 6 queues de persil, et après 30 minutes de frémissement, ajouté 1/4 de litre de vin blanc sec, ici du sauvignon des Graves, une branche de thym en fin de bouillon. (voir recette Michel Guérard) un chouia de sel le homard étant par principe salé.
  • Pour les légumes : un fenouil et un quart de rave de céleri 250 g chacun.Cuisson dans un fond de poisson, 8 minutes à petits frémissement après ébullition.


Le jour suivant : déplacement vers Namur pour prendre livraison d'un homard de l'Atlantique (ou de la Manche, mais un Breton de toute façon et femelle dans ce cas) de 760 g
Retour vers 11:30 H et mise sur le feu de la nage
cuisson de 6 minutes, ajout de thym en fleurs en toute fin - séparation coffre queue et remise en cuisson :

  • le coffre dans la nage, 7 minutes  
  • et la queue dans deux louches du jus de cuisson des légumes (avec quelques légumes) avec échalote émincée. 2 x 5 minutes de cuisson. 

Coupé en deux la queue
et remis avec jus des légumes (mixé avec ses légumes un peu de nage et une grosse cuillère à soupe de crème épaisse.
Fini la sauce avec beurre et après fusion du beurre, jaune d’œuf, et on monte en fouettant.

et voilà...

Mais... ? et les pinces... ? et le coffre... ?
Oui, c'est vrai, on a fait comme la fois précédente. Mais avec un seul homard cette fois .
Le coffre a été réservé au frais pour la nuit, et le lendemain (aujourd'hui donc) on l'a dégusté froid.
Voilà avec les balanes qui attestent l'origine marine de la pauvre bête


Après le coup de hier, on s'attendait difficilement à être surpris et Sabine a expérimenté un peu pour les
sauces :
  •  Mayonnaise, câpres, cornichons, moutarde en grain, estragon, échalotte, persil
  •  Mayonnaise, piment d'Espelette et safran
  •  Mayonnaise, œufs du homard écrasés avec un peu de nage


et bien entendu la mayonnaise basique et une vinaigrette pour la salade.
Je pense, sans aucun doute que c'est la meilleure chair de homard qu'on a jamais goûté.
La chair de pince et celle des articulations (j'appelle ça les coudes) était vraiment délicieuse : 
cuisson impeccable, saison idéale et fraîcheur (Difalux le vendait du mercredi 3 au samedi 6, donc le 3 c'était tip top) 
Le meilleur, cette chair de coude ou de pince simplement avec quelques brins d'aneth... un délice !

Ik heb de vertaalde samenvatting van eerdere interventies nie gemaakt.
T'is gemakkelijk te begrijpen waar het allemaal om draait.
In het kader van een insluiting waarvan ik het uiteindelijke nut betwijfel (ik zal niet ontwikkelen) hebben we het restaurant vervangen door "restaurant thuis"
en ... we hebben niets verloren, maar het was niet nieuw voor ons.
Met de chipotages van de maatregelen die worden aangekondigd, zal deze stand van zaken waarschijnlijk worden verlengd, maar omdat deze blog niet specifiek een blog over koken is, maar een blog over plezier, zullen we het register ongetwijfeld een beetje aanpassen om over andere dingen te spreken .

I have not made the translated summary of previous interventions.
It is easy to understand what it is all about.
With the background of a containment of which I doubt the final utility (I will not develop) we replaced the restaurant by "the restaurant at home"
and ... we didn't lose, but it wasn't new to us.
With the stupidity of the measures which are announced, this state of affairs is likely to be prolonged, but, this blog not being specifically a blog of cooking but a blog of pleasure, we will undoubtedly modify a little the register to speak about other things.

Ich habe die übersetzte Zusammenfassung früherer Interventionen nicht gemacht.
Es ist leicht zu verstehen, worum es geht.
Im Rahmen eines Containments, dessen endgültiger Nutzen ich bezweifle (ich werde es nicht entwickeln), haben wir das Restaurant durch "das Restaurant zu Hause" ersetzt.
und ... wir haben nicht verloren, aber es war nicht neu für uns.
Mit den Unsin der angekündigten Maßnahmen wird sich dieser Zustand wahrscheinlich verlängern, aber da dieser Blog nicht speziell ein Blog des Kochens, sondern ein Blog des Vergnügens ist, werden wir das Register zweifellos ein wenig modifizieren, um über andere Dinge zu sprechen .

No he hecho el resumen traducido de intervenciones anteriores.
Es fácil entender de qué se trata.
Como parte de una contención, cuyo uso final dudo (no lo desarrollaré), hemos reemplazado el restaurante con "el restaurante en casa".
y ... no perdimos, pero no era nuevo para nosotros.
Con las estupideces de las medidas anunciadas, es probable que esta condición se prolongue, pero dado que este blog no es específicamente un blog de cocina sino un blog de placer, indudablemente modificaremos un poco el registro para hablar sobre otras cosas.