mercredi 12 novembre 2014

Simplicité et quête.

Lorsqu'il y a beaucoup à dire, on oublie fatalement...
Lors de notre visite de l'exposition sur les formes simples, j'ai découvert quelque chose.
C'est bien le moins va t'on dire. Non, c'est quelque chose d'important, ce n'est pas anodin, bien que je me suis souvent penché sur les figures des Cyclades, que j'ai déjà eu l'occasion de tourner autour et que j'ai pas mal de documentation là dessus. Malgré tout ça, je n'avais jamais remarqué la présence des oreilles
(du moins sur une tête)
Il y avait aussi une forme simple qui, si elle n'avait pas été présente aurait été une grave omission. Quoi de plus simple (et de plus abouti) qu'une lame japonaise ?
Ne pas oublier de noter qu'à cette occasion,j'ai découvert (et acheté) un petit livre très intéressant au sujet de Marcel Duchamp.
Intéressant parce que tout ce que j'avais rencontré jusqu'à ce jour était ardu et rébarbatif.
Pour rester dans la famille, nous avons aussi eu l'occasion d'admirer les vitraux de Villon ( la dernière fois c'était Chagall) avec le soleil en bonne position et voilé de surcroît. 
Sabine a du faire un peu de lévitation pour en tirer une photo sous un bon angle.
Nous allons faire, maintenant, un petit retour sur Flavio Poli.
Le 27 octobre je parlais un peu ici d'une troisième approche :
Ce qui est recherché c'est l'émotion, recherche est sans doute erroné, je devrais parler d'attente.
Dans le cas présent, ce que j'attends, c'est l'émotion que j'ai ressentie lorsque j'ai vu pour la première fois le vase de Poli. On est donc en présence d'une recherche consciente ( retour du mot recherche...) de quelque chose qui provoque une émotion sinon semblable, du moins parente.
Ici, on s'est éloigné de la forme, mais en restant dans l'esprit.
Je ne suis pas satisfait, toutefois l'émotion (parente) est là.
Et comme je savais que je ne serais pas totalement satisfait, j'avais entrepris une quatrième tentative.
On reviendra sans doute plus tard sur les détails, sur une certaine rigueur que j'ai cette fois mise dans l'étude du problème. Je présente déjà cette petite dernière, je l'ai photographiée ici aux côtés d'un vase que nous avons acheté dans un vide grenier à Corbigny dans la Nièvre et qui a des airs de Flavio Poli.
 Pas de signature et il ne faut pas rêver...
et en bas LE vase du Louvre et un exemple du style
Pendant que j'étais à photographier nos trésors, j'ai voulu aussi garder le souvenir d'une théière que Sabine a achetée pour trois euros sur un marché aux puces. Elle pourrait être quelconque, mais elle a un petit air de Negoro, des traces d'usage, et elle nous plait beaucoup.

Abstract :
some complement about our trip to Metz, and news about the WIP wood turnings following the Flavio Poli shape.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire