jeudi 28 juin 2018

Biodiversité

Une invitée surprise dans notre poulailler, une plante bizarre qui a aiguisé notre curiosité et que Sabine a identifié comme étant un genre Datura. Origine probable : les graines de l'alimentation.

extrait de l'article Wikipedia :
C'est une plante annuelle de 30 cm à 2 m de haut, à odeur fétide, et à racine pivotante.
Les feuilles sont relativement grandes, jusqu'à 20 cm, ovales, fortement sinuées, portant des dents aiguës et à base asymétrique.
Les fleurs, solitaires, généralement blanches ou jaunâtres, de 7 à 12 cm de long à corolle soudée en tube s'ouvrant en entonnoir à cinq lobes peu marqués, et à calice formant tube pentagonal angulaire vert pâle, plus court que la corolle et terminé par cinq petits lobes. 
Le fruit de forme ovoïde de la taille d'une noix, qui mûrit de juillet à octobre, est dressé, couvert d'épines longues et robustes mais peut aussi en être parfaitement dépourvu





Le Datura officinal, Stramoine ou Stramoine commune (Datura stramonium L.) est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Solanaceae.

Elle a de nombreux noms vernaculaires : herbe aux fous, pomme-épineuse, herbe-aux-taupes, chasse-taupe, herbe du diable, endormeuse, pomme poison, trompette des anges, herbe Jimson ou trompette de la mort, faisant référence à la forme de la fleur ou à la toxicité de ses fruits.
Le Datura stramonium était considéré depuis des temps reculés comme une plante magique associée à la magie noire.
La pomme épineuse en onguent, en philtre ou en fumée provoque la déconnexion du réel, hallucinations et sommeil. Ses effets délétères l'ont fait surnommer herbe aux fous.
Diodore de Sicile et Strabon, rapportent que les Celtes empoisonnaient leurs pointes de flèches avec du suc de datura, la description du fruit ne laissant aucun doute quant à l'identité de la plante...
Son action serait due à la présence d'alcaloïdes (hyoscyamine et scopolamine essentiellement) parasympathico lytiques c'est à dire abolissant la transmision par acétyl-choline dans le système végétatif parasympathique, se traduisant par une tachycardie, une mydriase, une diminution des sécrétions (salive, sueur) et un ralentissement du transit intestinal.
On y ajoute l'action de la scopolamine sur le système nerveux central  et on a un chouette tableau.
Quoique... la scopolamine, c'est ce que beaucoup prennent en cas de coliques... mais alors elle s'appelle Buscopan et c'est sérieusement dosé
On y ajoute un zeste d'atropine... mais on n'en fera pas une salade.

C'est l'aspect général de la plante qui nous a interpellés ensuite nous avons pu suivre son développement. Et ce n'est pas fini car elle donne l'impression de se plaire.

On n'en fera pas une salade... une soupe sans doute parce que nous avons d'autres végétaux sous la main. Ceux là, nous les connaissions depuis quelques années, il y a trois ou quatre ans ils ont fait une timide apparition entre les lignes de haricots.
Cette année, c'est entre les lignes des petits pois que nous les retrouvons en grand nombre
Retrouvons la sur Wikipedia :
La morelle noire (Solanum nigrum), est une plante herbacée de la famille des Solanacées, appartenant à l'important genre Solanum, qui contient notamment la pomme de terre, l'aubergine, la tomate...
C'est une plante annuelle hermaphrodite aux formes très variables, mais généralement assez basse (moins de 60 cm).
Ses tiges sont le plus souvent glabres, vertes à noirâtres, à rameaux dressés ou étalés. Ses feuilles sont ovales à lancéolées, entières ou légèrement lobées.
En France, elle fleurit de juin à début décembre et parfois plus tard en hiver.
L'inflorescence est une cyme unipare scorpioïde de cinq à dix fleurs, à corolle blanche (environ 1 cm), à pétales souvent réfléchis, et étamines jaunes saillantes.
Le fruit est une baie globuleuse, noire à maturité, contenant de nombreuses graines
La Morelle noire est considérée en Europe comme une adventice. Elle pousse dans les cultures maraichères, les platebandes de fleurs, les cultures sarclées, les jardins.


Comme beaucoup de Solanacées, la morelle noire est une plante contenant de la solanine, un glyco alcaloïde inhibiteur de la cholinestérase.
Bref avec notre cocktail la soupe risque fort d'être un bouillon de onze heures...



Toute autre chose, nous avons bien dit : biodiversité
Trypoxylon figulus  est une guêpe solitaire assez courante mais que nous n'avions encore jamais observée.
Elle ne creuse pas de terrier mais utilise une cavité pré existante. L'araignée de la photo servira de garde manger pour la descendance de la guêpe. Afin que la nourriture ne se détériore pas la proie est seulement anesthésiée, ses pattes sont démembrées afin de pouvoir la glisser dans la cavité où la guêpe y pondra ses œufs.
Charmante nature... et ce qui est fantastique, c'est que les araignées sont des fauves dangereux, super armés, mais qu'elles perdent toujours leurs confrontations avec les guêpes solitaires. Ces dernières étant d'une rapidité et d'une  précision imparables pour planter leur stylet dans un minuscule ganglion nerveux de la région du thorax de la victime et y injecter un produit qui paralyse le malheureux futur "garde-manger"
on lira avec intérêt les observations de l'entomologiste Jean-Henri Fabre sur ce sujet

a dip in the wild, but all in our garden.
The curiosity leads us to let grow the unknown plants encountered in our little jungle
And, there are not only plants, we also meet terrifying animals, killers in tuxedos.

ein Sprung in die Wildnis, aber alles in unserem Garten.
Die Neugier führt uns dazu, die unbekannten Pflanzen in unserem kleinen Dschungel wachsen zu lassen
Und es gibt nicht nur Pflanzen, wir treffen auch erschreckende Tiere, Killer im Smoking.

un chapuzón en la naturaleza, pero todo en nuestro jardín.
La curiosidad nos lleva a dejar crecer las plantas desconocidas encontradas en nuestra pequeña jungla
Y, no solo hay plantas, también conocemos animales terroríficos, asesinos con esmoquin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire